mercredi 17 septembre 2014

Ukraine - une armée de la défaite

Un article de "La Voix de la Russie"
Armée ukrainienne : le poisson pourrit par la tête

16 septembre 2014

Par La Voix de la Russie | L’armée ukrainienne fait figure d’arroseur arrosé : elle s’est complètement désintégrée alors qu’elle voulait remporter des victoires militaires. On sait bien ce que font sans discipline ni supérieurs normaux les soldats qui subissent des défaites : ils se livrent au brigandage et ils cassent tout ce qui leur tombe sous la main. Les généraux, eux, visent plus haut : ils préfèrent détourner des biens publics.

Même avant la guerre, l’armée ukrainienne offrait une image très pitoyable, sans parler d’aujourd’hui. Elle ne possède ni le matériel ni les armes ni le professionnalisme nécessaires. En plus, il s’est avéré pendant la guerre cruelle dans le Sud-Est que les forces gouvernementales savent combattre uniquement contre les civils, la milice étant au-dessus de leurs forces, note le directeur du Centre des études eurasiatiques, Vladimir Kornilov.
« Tous les généraux sont issus de bureaux, ils n’ont aucune expérience d’opérations militaires. Même si ce n’est pas vrai, il s’agit d’une expérience nominale qui a été acquise grâce à toutes sortes de voyages de travail dans les zones où opéraient des missions de paix. »

De tels généraux sont largement majoritaires dans l’armée ukrainienne, dit le dirigeant de l’organisation panukrainienne Mouvement des Russes d’Ukraine, Aleksandr Svistounov.
« L’actuel ministre de la Défense Valeri Gueleteï est un ancien chef de la garde présidentielle. Il n’a de fait jamais servi dans l’armée. Le ministre de l’Intérieur Avakov est un homme qui faisait des affaires et qui était gouverneur d’une région. Les chefs des bataillons sont d’anciens criminels qui ont été recrutés sur le Maïdan ».

Pour les généraux, la guerre est une période fertile et les soldats sont une main-d’œuvre gratuite. C’est pourquoi il ne faut pas s’étonner quand les soldats eux-mêmes commettent des actes arbitraires dans les villes et les villages prétendument libérés. Voici le commentaire d’Aleksandr Svistounov.
« Le commandement de l’armée ukrainienne se livre lui-même au brigandage, et ce, à l’échelle nationale : on trafique des armes et on achète des armes et du matériel militaire qui sont absolument inutilisables au combat. On voulait notamment mettre en service environ 300 blindés de transport de troupes qui auraient été vérifiés et payés. Finalement, aucun d’eux n’a démarré et n’a pu sortir. Les blindés ont été payés, mais une partie des fonds a été détournée. Les chefs des bataillons se livrent à des exactions. Ainsi, Semen Sementchenko (chef du bataillon Donbass) a de fait instauré un tribut. »

Les personnes retirées de la vie civile et jetées contre la milice sont pratiquement incapables de verser ce tribut. Les soldats ne reçoivent pas l’argent envoyé par leurs proches, cet argent étant volé à mi-chemin. Aussi gagnent-ils comme ils peuvent : certains par le vol et le brigandage et d’autres vont jusqu’à se prostituer. Il n’est pas étonnant qu’après ce genre de choses, les soldats s’enfuient vers la Russie ou qu’ils acceptent même de purger une peine pour désertion en Ukraine. De toute façon, ils ne veulent pas être de la chair à canon.


Source : La Voix de la Russie

Lire aussi : 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire