La politique génocidaire de Kiev - discours de Serguey Glaziev

Ce texte est issu du blog "the vineyard of the saker - version française"

Serguey Glaziev, conseiller économique du Président Vladimir Poutine,
Extrait de son discours du 10 juin 2014

Je voudrais rajouter quelques mots sur la politique que mène Kiev. Il s’est en effet avéré que Kiev commet une politique génocidaire envers toute la population du Donbass (Donetsk+Lugansk).

Ils n’ont même plus honte : ils bombardent des instituts sociaux, y compris le meilleur aéroport d’Europe à Donetsk, qu’ils ont rasé complètement. Je ne parlerai même pas des chiffres terribles des victimes de ces bombardements.

L’aéroport de Donetsk était une gigantesque structure, la fierté de la région. Ils ont détruit des hôpitaux, des maternelles, des écoles et ainsi de suite. En fait, ils préparent le peuple du Donbass à jouer le rôle de l’esclave. Puis ils ne le cachent même pas. Il suffit de regarder les discours d’idéologues des Nazis de Kiev pour le comprendre.

Par exemple Monsieur Ljaschko. Mais même (le Président) Poroschenko, avec ses propos, n’est pas très éloigné de lui.

Dans les faits, ils regardent le Donbass comme une entrée de revenus, comme un endroit, d’où l’on doit tirer du profit, et cela au prix d’une exploitation massive de la population locale.

Il est très clair pour nous que les États-Unis (qui contrôlent les Nazis de Kiev, le gouvernement entier et d’ailleurs le président Poroschenko personnellement), les poussent à faire la guerre contre le Donbass jusqu’à la victoire finale.

C’est dans ce contexte que je désire contredire l’intervenant qui vient de me précéder, en déclarant qu’il y avait une limite, qu’il existerait en effet une barrière pour Kiev, pour son déploiement militaire. Non ! Aucune barrière n’existe pour eux ! Ils déploient déjà les lanceurs de missiles multiples Grad !

[Interruption visuelle : la vidéo montre les fameux « Grad » en action]
Timoschenko avait menacé d’utiliser des bombes atomiques. Il ne s’agissait pas simplement d’un discours émotionnel de sa part, sa déclaration a soulevé des vagues de sympathie de la part des nazis ukrainiens. S’ils avaient disposé d’une bombe atomique, ils l’auraient lancé, par exemple sur Slawjansk, par exemple une bombe à neutrons (qui ne tue que les êtres vivants, les bâtiments restant intacts), là-dessus, je n’ai aucun doute, ils utiliseraient la bombe s’ils le pouvaient.

[Interruption visuelle : la vidéo montre une bombe atomique en action]
Donc, dans les faits, ils déploient tous les moyens qu’ils possèdent, tous les moyens ! Puis ils utiliseront ces moyens jusqu’à la victoire finale, jusqu’à ce que la résistance dans le Donbass soit complètement anéantie. 
[Interruption visuelle : vidéo du bombardement de Slawjansk le 11 juin 2014 par des bombes à phosphore blanc (interdits)]
Et pourquoi Kiev utilise-t-elle tous les moyens ? Parce que cette guerre est menée par les États-Unis, et dans les faits contre nous, contre la Russie. Les États-Unis laissent Kiev mener cette guerre, les États-Unis livrent à Kiev des armes et de l’argent, les États-Unis coordonnent les opérations militaires de Kiev. C’est dans ce sens que je voudrais donner raison à Monsieur Remizov, qui vient de me précéder avec son discours. Il a dit que le temps joue pour les Nazis de Kiev.

Cela sonne faux, mais cela correspond à la réalité. Car beaucoup estiment que les Nazis de Kiev s’écrouleront sous le poids des gigantesques problèmes sociaux de l’Ukraine, mais même le régime de Saakaschwili en Géorgie ne s’est pas écroulé. Et si l’on a finalement réussi à jeter Saakaschwili, cela ne s’est pas produit par des révolutions sociales, mais par les techniques démocratiques, qui, en ces jours, sont complètement exclues en Ukraine.

Alors, pourquoi le temps (en Ukraine) travaille-t-il contre nous ? Et particulièrement contre le peuple du Donbass ? Parce que les États-Unis et leurs marionnettes de Kiev ont pris le chemin de la militarisation. Parce que les États-Unis désirent installer en Ukraine un régime nazi dictatorial. Parce que les États-Unis et Kiev poursuivent une mobilisation TOTALE de la population Ukrainienne contre la Russie. Et bien que cette mobilisation ne suscite pas encore beaucoup d’enthousiasme chez les Ukrainiens, regardez donc sa dynamique !

En décembre 2013, il y avait seulement 2 000 nazis à Kiev. En février 2014, on pouvait déjà compter environ 20 000 nazis armés. Au mois de mai, ils étaient 50 000, y compris la Garde nationale et d’autres recrutés volontaires. D’ici cet été, ils seront 100 000, en septembre 200 000 (je cible ici les plans de mobilisation pour ceux qui sont aptes au service militaire).

Et d’ici la fin de l’année on aura un demi-million d’hommes en armes ! 

Les matériels militaires ukrainiens de réserve, datant de l’Empire soviétique, sont en ce moment même en train d’être repris, réparés ou remis en service. L’Ukraine possède de très grandes réserves de matériel militaire, qui est stocké dans des entrepôts.

Les installations industrielles militaires, par exemple à Kharkov dans l’Est de l’Ukraine, travaillent en ce moment à pleine puissance : les capacités de l’industrie locale sont désormais à l’œuvre pour restituer l’ancienne capacité militaire.

Les blindés lourds et les véhicules blindés venant de ces réserves sont réparés, ce qui ne demande pas beaucoup de temps ni de moyens : à ce jour, ils ont déjà pris au minimum 200 blindés parmi les réserves, puis les ont envoyés sur les champs de bataille.

Et tous les jours le nombre des chars et blindés de l’armée ukrainienne augmente, à cause de la remise en état de ces réserves. La même chose s’applique aux avions militaires : l’industrie d’Odessa travaille en ce moment de toute sa force pour restaurer ces avions des réserves et les rendre prêts au combat le plus vite que possible.

Qu’est-ce que cela signifie pour nous ? Cela signifie que nous allons prochainement être confrontés avec une puissante machine militaire, qui est mise en branle contre nous.

Ce monstre militaire est imprégné des nazis, qui sont endoctrinées idéologiquement contre la Russie et qui agissent comme des exécuteurs punitifs. Et ces activistes obligent des soldats ordinaires à aller au combat.

Le but final de toutes ces actions et préparations dans cette guerre, c’est la Russie. 

Cela veut dire que nous ne pouvons pas éviter cette guerre, car, quand le Donbass tombe, ce ne sera pas la paix : ensuite ce sera la Crimée qui sera attaquée. Et ce n’est pas une mauvaise blague mes collègues ! Kiev a déjà annoncé de façon officielle cette guerre. Eux (les États-Unis) poussent de façon obstinée et conséquente l’Ukraine vers la guerre avec la Russie, et la raison de cette guerre sera la Crimée.

Le nouveau président Poroschenko a officiellement déclaré qu’il voulait la guerre avec la Russie, et bien qu’il ne l’ait pas déclaré directement, il a dit que son but était la Crimée. Aussi Nuland [secrétaire d'État américaine adjointe aux affaires européennes et eurasiennes] a déclaré hier de façon claire et précise qu’elle attendait de ces agents ukrainiens qu’ils reconquièrent la Crimée.

Cette armée d’un demi-million de soldats nazis s’attaquera à la Crimée, il n’y a aucun doute. 

J’aimerais en cette occasion rappeler les fameuses paroles de Churchill, qui avait déclaré à la Chambre des Communes [en 1938, à propos des Accords de Munich] : « Vous avez eu à choisir entre la guerre et le déshonneur ; vous avez choisi le déshonneur, vous aurez la guerre ».
Cela ne veut pas dire que nous devons envoyer nos chars à Kiev. Non, nous avons affaire à une guerre moderne et devons mettre fin au génocide au Donbass. Nous y avons droit : le droit des Peuples l’autorise aussi.

Il suffit pour cela que nous fermions le ciel au-dessus du Donbass, en imposant une zone interdite de survol. C’est ainsi que nous pourrons utiliser les mêmes mécanismes que les américains ont utilisé en Libye. D’abord une zone interdite de survol, puis ensuite la neutralisation de l’appareil militaire lourd de l’adversaire, en bombardant les chars-artillerie, avions, c’est ainsi que les États-Unis ont mis hors combat le régime Libyen. Aujourd’hui nous avons encore la possibilité d’employer ces moyens, mais nous ne pourrons plus le faire dans six mois.

Je pourrai maintenant expliquer de façon détaillée pourquoi les Américains ont besoin de cette guerre entre l’Ukraine et la Russie, au cas que cela intéresse quelqu’un ici…

Les républiques de Donetsk et de Lugansk ont déjà établi un Parlement de Fédération commun : c’est leur gouvernement. Le fait que la Junte de Kiev ne veut pas négocier avec ce gouvernement s’explique par la raison que Kiev n’est pas souverain. Car, dans les faits, les gouvernants de Kiev se trouvent sous le contrôle des États-Unis. ET c’est pourquoi nous devons, et cela est extrêmement important, considérer le territoire de l’Ukraine comme un territoire occupé par les États-Unis ! Excepté le territoire du Donbass, où l’on se livre à la résistance.

Quand nous définissons clairement les coordinations, ce que nous devons faire et comment nous devons réagir devient alors clair. L’Ukraine est de fait occupée par des mercenaires des États-Unis, qui utilisent le régime ukrainien de marionnettes pour endoctriner toute la population, la mobiliser et l’instiguer à s’armer contre la Russie. Les États-Unis veulent d’abord organiser une guerre civile en Europe, pour ensuite procéder à une guerre mondiale. Ils veulent impliquer toute l’Europe et toute l’Eurasie dans ce plan.

C’est pourquoi il est important de voir la situation réelle et d’utiliser les concepts réels. Nous appelons les autres régions de l’Ukraine à s’associer au Donbass, dans le sens du mouvement pour l’indépendance, non, nous les appelons à se libérer de l’occupation américaine !

J’insiste ici, de bien définir notre système de coordination, qu’au fond, les gouvernants de Kiev ne sont pas indépendants : ils sont en fait des agents des États-Unis. Ils sont des marionnettes américaines.

Poroschenko n’a pas gagné les élections en Ukraine, les experts estiment qu’il a obtenu au grand maximum 40 % des voix. C’est d’ailleurs un thème à part, la façon dont ce cirque d’élection a eu lieu là-bas.

Le territoire ukrainien est occupé, l’Ukraine est sous contrôle des États-Unis. Beaucoup de faits le témoignent. Les américains ont légalisé en Ukraine le séjour de leurs instructeurs militaires et de leurs conseillers. Les services secrets ukrainiens sont complètement sous contrôle de la CIA. Alors, au total, l’Ukraine est complètement occupée par les États-Unis et nous devons parler ici de la libération de l’occupation illégitime de l’Ukraine.

Les États-Unis utilisent les médias de masse Ukrainiens pour faire monter la psychose nazie dans le pays. Ils veulent, avec l’aide des Ukrainiens, démarrer la troisième guerre mondiale, non la quatrième guerre mondiale, si nous comptons la guerre froide comme la troisième guerre mondiale. C’est pourquoi je voudrais proposer de dédier notre prochaine réunion aux raisons pour lesquelles les États-Unis veulent cette guerre, pourquoi ils ont créé le nazisme ukrainien.

Les États-Unis ont créé les nazis en Ukraine pour y instiguer une guerre civile, qui devra servir de prétexte pour entraîner l’Ukraine dans un conflit militaire direct avec la Russie. C’est ainsi qu’ils veulent d’abord créer un conflit régional en Europe, pour ensuite laisser éclater la quatrième guerre mondiale. Cette agression des États-Unis ne se dirige pas seulement contre la Russie, elle se dresse en première ligne contre l’Europe. Les américains ont profité de chaque guerre en Europe, de la première guerre mondiale, puis de la seconde guerre mondiale, ainsi que de la guerre froide envers l’URSS. Toutes les guerres ont traditionnellement été un avantage économique pour les États-Unis. La guerre en Europe est le chemin des États-Unis vers un nouveau miracle économique, pour laisser s’épanouir l’économie des États-Unis. Cela a toujours été ainsi.

Cette guerre se dirige aussi contre la Chine, car nous voyons comment le Japon et la Corée du Sud se réarment de façon intensive. Les États-Unis ont officiellement annoncé qu’ils installeraient de nouveaux missiles anti balistiques au Japon, puis en Corée du Sud, et cela ne se dresse pas seulement contre nous, mais aussi contre la Chine.

C’est pourquoi nous devons comprendre que la clef pour trouver une solution à la catastrophe ukrainienne se trouve à Washington. À Washington se trouve « la mort du nazisme » pour ainsi dire. C’est pourquoi je suggère que notre prochaine réunion s’occupe de ce thème, car nous avons besoin d’une large coalition anti-guerre…

Traduit par « Jefke »


Aucun commentaire:

Publier un commentaire