samedi 5 juillet 2014

Bombardements - les crimes des USA

Les USA ferment les yeux sur les morts en Ukraine

MOSCOU, 4 juillet - RIA Novosti





La politique américaine ressemble à Thémis. Elle est silencieuse, les yeux bandés et porte la balance de la Justice, écrit vendredi le quotidien Rossiïskaïa gazeta.


Combien de civils et d'enfants doivent mourir en Ukraine, combien de réfugiés doivent fuir en Russie pour que Washington réfléchisse aux conséquences du génocide organisé par le gouvernement de Kiev contre son propre peuple? La semaine dernière, immédiatement après le raid de l'aviation ukrainienne contre le village de Louganskaïa, où il n'y avait aucun indépendantiste mais uniquement des civils pacifiques, la porte-parole du secrétaire d'État Jen Psaki, connue pour ses "perles", a affirmé que les opérations de Kiev étaient "modérées" et "retenues". La diva américaine, vivant à des milliers de kilomètres des lieux, a ajouté que les autorités ukrainiennes entreprenaient "des mesures pour maintenir le calme dans leur propre pays". Psaki n'a pas remarqué la destruction de sites vitaux de grandes villes au cours de cette opération ni la chute de bombes sur des maisons résidentielles. Alors qu'on compte par centaines les preuves vidéo des crimes commis par l'armée ukrainienne.



De la même manière, la Maison blanche n'a pas voulu croire les informations de l'Onu rapportant des dizaines de milliers de réfugiés ukrainiens traversant la frontière russe. Les représentants américains ont déclaré qu'il s'agissait de grand-mères ukrainiennes qui rendaient visite à leurs proches…



De toute évidence, aucune image ne pourra persuader les "taupes" américaines pour les forcer à adopter un regard impartial sur le génocide perpétré en Ukraine. Après tout, ne voir dans les événements internationaux que ce qu'il faut est aussi un art. Et Psaki le maîtrise à la perfection.

Quand Washington justifie les meurtres de civils commis par les militaires ukrainiens et qualifie l'opération de "retenue", on se demande qui est vraiment responsable de ce génocide.


Le président ukrainien Piotr Porochenko avec ses discours mielleux, devenu depuis longtemps une marionnette de son entourage "orange-maïdan"? Ou les dirigeants américains qui contrôlent tous les acteurs sans exception dans le gouvernement ukrainien? Qui a donné l'ordre au pilote de bombarder Louganskaïa – les généraux ukrainiens ou les conseillers américains?


© RIA Novosti. Valery Melnikov
L'est de l'Ukraine après les bombardements

Après les négociations entre les ministres des Affaires étrangères russe, français, allemand et ukrainien à Berlin mercredi dernier, Kiev a mentionné la possibilité d'un cessez-le-feu, bien qu'il ait refusé de le prolonger plus tôt, de manière ostentatoire. Mais pourquoi dialoguer avec les politiciens de Kiev, manipulés depuis l'autre côté de l'océan? Il serait peut-être plus utile de parler directement avec la Maison blanche.


Comment réagiraient les États-Unis si l'armée mexicaine attaquait les postes frontaliers américains? Les obus tirés par l'armée syrienne à la frontière israélienne tombent parfois sur le territoire de l'État hébreu. Israël riposte et l'Occident ne conteste d'aucune manière son droit à protéger ses citoyens. 
Mais pourquoi, alors, l'Europe attend que la Russie fasse preuve de tolérance lorsque les militaires ukrainiens tirent au lance-roquettes sur les postes de contrôle russes?

Source : fr.ria.ru-world

Aucun commentaire:

Publier un commentaire