mardi 24 juin 2014

Ukraine - Psaki, la dernière stratégie de Washington

 Psaki, Jen, la nouvelle égérie des médias russe...



Jennifer Rene «JEN» PSAKI, est la représentante officielle du Département d’État des États-Unis, auparavant elle était le porte-parole du président Barak Obama.

Grace à ses briefings au sujet des évènements en Ukraine, ainsi qu’à ses commentaires inattendus et à ses erreurs fréquentes, la représentante du service diplomatique jouit d’une très grande popularité sur la toile russe. 

Elle devenue connue pratiquement dès le début de la crise ukrainienne, et son nom a été donné au « psakisme » qui mesure le degré de "classement de stupidité et d’incompétence".
Les téléspectateurs attendent avec impatience les retransmissions des médias russes de ses interventions, plus que la météo...

video


Les meilleures perles de Jen Psaki en vidéo sous-titré

Nous vous livrons ci-après la transcription des sous-titres de la vidéo

SUR LA LIVRAISON DU GAZ DE L’EUROPE EN RUSSIE…
PSAKI : Nous voulons que l’Ukraine ait accès à des volumes supplémentaires de gaz, si nécessaire. Comme vous savez tous, le gaz naturel est transporté par le gazoduc à partir de l’Europe Occidentale par l’Ukraine en Russie


SUR L E REFERENDUM EN CRIMÉE…

PSAKI : Il y a eu un carrousel électoral, les enfants ont voté ainsi que les habitants de Moscou et de Saint-Pétersbourg.

MATT LEE : Excusez-moi, mais je ne m’imagine pas très bien ce qu’est un carrousel électoral ?

PSAKI : En fait, j’ai simplement lu, et je ne suis pas familière avec ce terme. Je vais me renseigner.

MATT LEE : C’est-à-dire, vous êtes sure que les gens ne tournaient pas sur un manège sur de chevaux en bois ?

PSAKI : Non, je pense qu’il ne s’agit pas de cela ici. Ils ont là-bas leurs propres méthodes d’organisation des élections.


SUR LE PASSÉ DE VICTORIA NULAND…
PSAKI : Vous connaissez tous Victoria. Et probablement vous savez tous, que quand elle avait 23 ans, elle a vécu pendant huit mois à bord d’un navire russe, et probablement là elle a appris certains mots.

JOURNALISTE : Vous voulez dire, qu’elle traite la Russie avec les égards ?

PSAKI : Non, je présume qu’elle avait pu apprendre le vocabulaire populaire au bord du navire russe.

JOURNALISTE : Mais elle a juré en anglais ?

PSAKI : Elle… ok, c’était une blague

JOURNALISTE : Ahh, bien sûr


SUR LA TRACE RUSSE…
PSAKI : Ces photos ont fait le tour de tous les médias internationaux. Elles étaient sur Twitter et elles sont accessibles au grand public. Sur ces photos, on peut voir que ces gens, à en juger par leur apparence, manifestement ont un rapport avec la Russie.

MATT LEE : Et vous appelez cela une preuve ?

PSAKI : Oui


JOURNALISTE : Ne voulez-vous pas dire que le gouvernement des États-Unis avec tous leurs systèmes de contre-espionnage, etc… dépendent maintenant de photos publiées sur Internet ?


PSAKI : Ces photos sont accessibles au grand public. Tirez vos propres conclusions.


SUR LES SANCTIONS DANS LE SECTEUR SPATIAL…
JOURNALISTE : Vous êtes au courant des commentaires du vice-premier ministre russe, Dmitry Rogozin à propos des sanctions relatives au programme spatial. Il a suggéré aux États-Unis d’envoyer ses cosmonautes sur l’ISS (la station spatiale internationale) avec un tremplin.

PSAKI : Désolée, cela m’a probablement échappé.

JOURNALISTE : Mais il est évident que les projets russo-américains dans ce domaine sont connexes, est-ce que vous espérez vraiment qu’après les sanctions, les russes continueront à vous aider pour le transport des astronautes ?

PSAKI : Permettez-moi d’étudier la question plus en détail.

JOURNALISTE : Et probablement cela leur permettrait de faire un bond en avant ?

PSAKI : C’était un commentaire très amusant. Question suivante.


SUR LA DETTE GAZIÈRE DE L’UKRAINE…
MATT LEE : Mais dites, vous êtes d’accord avec le fait que les russes ont le droit d’exiger le payement pour la marchandise vendue ?

PSAKI : Matt, au retour dans mon bureau je me ferai une joie de me pencher sur la question.


SUR L ES VISITES DES RESPONSABLES DES ETATS UNIS EN UKRAINE…
JOURNALISTE : Est-ce que c’est une coïncidence que les deux fois où le gouvernement ukrainien a envoyé les troupes militaires dans l’Est se sont produites juste après la visite de hauts responsables des États-Unis à Kiev?

PSAKI : Je pense que, tout simplement, vous répétez les paroles du ministre des affaires étrangère Lavrov.

JOURNALISTE : Mais quelle est votre réponse ?

PSAKI : Question suivante !


SUR L’IMPLICATIONS DES RUSSES DANS LES ÉVÈNEMENTS…
MATT LEE : Mais êtes-vous sure que les instigateurs sont des séparatistes ? Et rien de semblable ne vient des forces pro-Kiev ?

PSAKI : Comme nous pouvons le voir d’après les incidents dont on parle tous les jours, il semble que c’est justement eux qui sont les instigateurs.


SUR L’ARRESTATION DES JOURNALISTES DE LIFE NEWS…
PSAKI : Dans les coffres de leurs voitures des missiles antiaériens portatifs ont été trouvés. Alors, la question qui se pose « est-ce que ces gens sont-ils réellement des journalistes ? »

MATT LEE : Probablement c’est comme ça. Mais la question est en quoi croyez-vous, le gouvernement des États-Unis ? Certaines déclarations ou bien les autorités ukrainiennes vous ont confirmé précisément toute cette information ?

PSAKI : Oui, cela nous a été signalé par notre personnel en Ukraine qui a des contacts avec les autorités locales.

MATT LEE : Et ils croient dans toutes ces déclarations que ces gens transportaient des armes, n’est-ce pas ?

PSAKI : Ils estiment que oui


SUR LES ACCUSATIONS A L’EGARD DE LA RUSSIE…
JOURNALISTE : Sur votre compte Twitter vous avez déclaré que les russes ont tiré les premiers. Cest une accusation grave. On voudrait savoir

PSAKI : Les déclarations des russes ne nous semblent pas digne de foi selon que l’agresseur était quelqu’un d’autre ou les Ukrainiens étant donné que ce sont justement des russes qui sont entrés dans la base ukrainienne.

JOURNALISTE : Mais la Russie n’a pas dit cela, elle a déclaré que c’était une provocation, tandis que vous affirmez que c’est évident pour vous…

PSAKI : La Russie l’avait aussi mentionné. Je pense que nous sommes prêts à passer à la question suivante.


VOIX OFF : La Russie a été accusée, mais aucune explication n’a été donnée.


SUR LA PARTICIPATION DU FILS DE BIDEN DANS LA COMPAGNIE UKRAINIENNE DE PRODUCTION DE GAZ…
MATT LEE : Avez-vous des préoccupations au sujet des interprétations possibles du conflit ou du népotisme dont vous accusez souvent des Russes?

PSAKI : Non, il s’agit d’un particulier

MATT LEE : D’accord, mais alors tous les oligarques russes et ukrainiens qui contrôlent ça, ils sont tous des particuliers, n’est-ce pas ?

PSAKI : Bien entendu que nous ne les rangerions pas dans la même catégorie

MATT LEE : Je me demande si vous avez des préoccupations de comment les Russes et les Ukrainiens percevront la participation du fils du Vice-président des États-Unis, étant donné la situation actuelle

PSAKI : Non, il n’y a aucune préoccupation.


Traduction : GalCha
Sous-titrage : Sacha

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire